accueil / Propos du CSNB / F.A.Q.

F.A.Q.

Q:
Quels critères le conseil utilisera-t-il pour décider s’il va entreprendre un processus d’engagement des citoyens ou non?
A:

Un processus d’engagement des citoyens pourrait être entrepris si l’engagement des citoyens contribuera probablement à la détermination d’options stratégiques réalistes. Inversement, s’il y a seulement un moyen de régler une question, la tenue d’un processus d’engagement des citoyens pourrait présenter peu d’avantages supplémentaires lorsque la décision est déjà claire.

Q:
Comment l’établissement d’un conseil améliorera-t-il la qualité dans le système de santé?
A:

La surveillance et la mesure du rendement du système de santé et la présentation de rapports à cet égard sont des mesures essentielles pour améliorer la qualité. En élaborant et en mettant en oeuvre des mesures normalisées et comparables du rendement du système, il sera possible de cerner les secteurs à améliorer. Ce processus permettra également de dégager les pratiques exemplaires.

Q:
Qu’est-ce qui fait le succès d’un processus d’engagement des citoyens?
A:

Le succès est atteint par :

  • l’établissement de buts clairs et d’attentes claires ayant trait au processus d’engagement des citoyens;
     
  • la clarification du processus afin que tous comprennent ce qui est négociable, ce qu’il adviendra des recommandations et le poids que l’engagement des citoyens a dans le processus décisionnel;
     
  • un moyen d’assurer la légitimité en ayant une bonne représentation de la population et des intérêts variés;
     
  • une approche souple – il n’y a aucun modèle uniformisé. Les processus doivent être adaptés afin de permettre une participation valable et la formulation de bonnes recommandations qui se traduiront par une acceptation suffisante, ce qui permettra de mettre la décision en oeuvre avec succès;
     
  • la transparence et la responsabilisation du processus d’engagement des citoyens sous tous ses aspects, dont une bonne information du grand public (les participants de l’extérieur).
Q:
Le mandat et la portée du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick sont-ils semblables à ceux des conseils dans les autres provinces?
A:

Le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick a pour mandat de surveiller le rendement du système de santé et d’en faire rapport, ce qui est semblable au rôle que les conseils de la santé jouent dans les autres provinces. Cependant, le mandat axé sur l’engagement des citoyens du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick a bien plus de poids que le rôle de consultation publique des autres conseils de la santé.

Q:
Quels sont les modèles d’engagement des citoyens qui pourraient être utilisés?
A:

Voici des exemples de modèles d’engagement des citoyens :

  • Les forums délibératifs : ce processus a été utilisé pour le dialogue sur la santé dans la Péninsule acadienne.
     
  • La conférence consensuelle : elle est presque semblable au dialogue sur la santé, sauf qu’il y a moins de participants (autour de 25 ou plus) qui apportent une plus grande contribution au processus (quels experts seront consultés, etc.) et au programme, et elle tient plus de réunions habituellement.
     
  • Les cellules de planification : comprend des centaines de participants à plusieurs sites (un site par cellule de planification). Les participants à chaque cellule de planification délibèrent sur des questions et tentent de trouver de solutions. À la fin des délibérations, les rapports de toutes les cellules sont intégrés en un rapport final qui sera approuvé par tous les participants aux cellules de planification. Après qu’il a été approuvé, le rapport est remis aux décideurs.
     
  • Le jury des citoyens : un comité d’environ 25 personnes qui reçoit un mandat précis. Un jury des citoyens voit à établir lui-même son programme, à obtenir l’information et à rencontrer des experts afin de remplir son mandat.
Q:
De quelles ressources le conseil disposera-t-il pour remplir son mandat?
A:

Le Conseil de la santé aura divers membres du personnel pour l’appuyer dans son mandat axé sur l’engagement des citoyens et la présentation de rapports sur le rendement du système de services de santé. De plus, il disposera de ressources pour mener des activités d’engagement des citoyens et pour appuyer les activités de mesure du rendement. Le Conseil de la santé pourra également recourir à une grande quantité d’information qui a déjà été recueillie et communiquée par le ministère de la Santé, les régies régionales de la santé (RRS) et d’autres organismes, comme Statistique Canada et l’Institut canadien d’information sur la santé.

Q:
Qu’est-ce que la mesure du rendement?
A:

La mesure et la surveillance du rendement désignent le processus systématique constant qui consiste à recueillir, à analyser et à utiliser l’information pour évaluer et communiquer les progrès en fonction des résultats prévus. La mesure du rendement peut être appliquée à un programme, à une organisation et à un système. Les mesures fournissent de l’information au sujet des processus dans le système de soins de santé, de même que sur les résultats atteints. La mesure du rendement fournit de l’information pour orienter la prise de décision et pour appuyer les rajustements afin de s’assurer d’obtenir les résultats souhaités.

La présentation de rapports sur le rendement désigne le processus qui consiste à communiquer de l’information sur le rendement fondée sur les résultats; elle appuie la prise de décision, la responsabilisation et la transparence.

Q:
À qui le conseil rend-t-il compte?
A:

Le conseil rend compte au ministre de la Santé. Il devra également rendre compte, au besoin, au Comité permanent des corporations de la Couronne.

Q:
Comment le Conseil de la santé mesurera-t-il le rendement du système de santé?
A:

Le Conseil de la santé mesurera le rendement du système de santé de diverses façons. Selon le secteur précis qui devra faire l’objet de recherche, il pourrait utiliser l’information existante ou recueillir et analyser de l’information nouvelle. Il déterminera les mesures précises à utiliser pour évaluer le rendement du système de santé, d’après les secteurs ou les questions prioritaires aux fins de la recherche. Des mesures pourraient donner lieu à la présentation de rapports année après année, tandis que d’autres mesures pourraient également être établies pour évaluer un secteur précis qui a été déterminé par le Conseil de la santé ou l’un de ses intervenants.

Q:
Quelle est la différence entre le mandat du conseil et celui du Bureau du vérificateur général?
A:

Il y a des similarités entre le mandat du conseil et celui du Bureau du vérificateur général. Les deux préconisent la responsabilisation en fournissant de l’information objective à la population du Nouveau-Brunswick. Le Bureau du vérificateur général a un vaste mandat qui englobe tous les ministères et qui s’attarde habituellement à des analyses de l’optimisation des ressources. Le Conseil de la santé se concentrera exclusivement sur le rendement du système de santé et a un mandat unique axé sur l’engagement des citoyens qui n’a aucun parallèle au Bureau du vérificateur général.