accueil / Communique de presse / Le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick demande l'avis des patients pour une deuxième fois

Le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick demande l'avis des patients pour une deuxième fois

le 28 Mai 2013
 
 
Moncton, N.-B. (CSNB) – Le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick (CSNB) entreprend son deuxième sondage sur les soins aigus dans les 20 hôpitaux du Nouveau-Brunswick qui offrent ces soins.
 
Le sondage reproduit le sondage sur les soins aigus de 2010 et est conçu pour mesurer plusieurs facteurs de la qualité des services reçus pendant le séjour complet, de l’admission au congé, du point de vue du patient. Les résultats du sondage serviront aux décideurs lors de la planification des services de santé et aideront à mettre en évidence les lacunes dans les services et à souligner les réussites, tout en permettant de comparer les résultats de cette année à ceux du sondage sur les soins aigus de 2010.
 
«Notre dernier sondage sur les soins aigus a fourni de l’information précieuse aux régies régionales de santé, et nous avons maintenant l’occasion de mesurer les changements qui ont été effectués, ou non, au cours des trois dernières années » affirme Stéphane Robichaud, le directeur général du CSNB. « Notre objectif est de répéter chacun de nos sondages tous les trois ans, ce qui nous permettra de fournir de l’information aux ministères et aux fournisseurs de soins de santé pour les aider à prendre des décisions basées sur les faits pour améliorer la prestation des soins de santé. »
 
Tous les patients médicaux et chirurgicaux ayant séjourné à l’unité des soins aigus dans les hôpitaux du Nouveau-Brunswick entre le 1er mars 2013 et le 31 mai 2013 pourraient être sélectionnés pour participer à ce sondage.    La dernière fois, plus de 10 000 questionnaires ont été envoyés par la poste et le taux de réponse a été de presque 50 %. Les résultats seront publiés sur le site Web du CSNB à l’automne 2013. Les gens du Nouveau-Brunswick pourront voir le classement de chaque hôpital selon les notes attribuées par les patients, et pourront comparer ces nouveaux résultats à ceux du sondage de 2010, présentement disponible au http://www.nbhc.ca/sondage_experience.cfm
 
Le CSNB est un organisme indépendant qui mesure, surveille et évalue le rendement du système de santé du Nouveau-Brunswick et qui a aussi pour mandat d'engager les citoyens dans l’amélioration des services de santé.
 




 
PERSONNE-RESSOURCE
Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick : Christine Paré, 506-869-6714, christine.pare@csnb.ca
 
 
 
Points saillants du sondage 2010 :
 
  • La communication avec les médecins a été cotée à 78,5 %, ce qui se compare favorablement à des sondages effectués dans d’autres juridictions où la moyenne se situe entre 72 % et 78 %.
  • La communication avec les infirmières a été cotée à 69,4 % ce qui est comparable à à des sondages effectués dans d’autres juridictions où la moyenne se situe entre 65 % et 71 %.
  • Le pourcentage de patients qui « recommanderaient définitivement » l’hôpital où ils ont été soignés était de 66,1 %. La moyenne lors à des sondages effectués dans d’autres juridictions se situe entre 57 % et 67 %.
  • Seulement la moitié des répondants a indiqué que le personnel expliquait « toujours » la nature des médicaments qu’on allait leur administrer.
  • À peine 57,5 % des patients sondés ont répondu « toujours » en réponse à des questions portant sur la réactivité du personnel vis-à-vis leurs besoins.  (réponse rapide du personnel aux besoins des patients)
  • Les renseignements offerts aux patients sur les soins nécessaires durant la période de convalescence variaient selon les hôpitaux. C’est un élément important en raison des répercussions sur des soins de qualité.
  • Seuls 59,6 % des répondants ont indiqué que leurs chambres et salles de toilette étaient toujours régulièrement nettoyées alors que la moyenne à des sondages effectués dans d’autres juridictions se situe entre 60 % et 70 %.
  • La langue de service est un secteur où plusieurs hôpitaux peuvent encore faire des progrès et ce, peu importe quelle langue officielle utilisée; 91 % des répondants qui ont préféré recevoir les services en anglais, l’ont toujours reçu et 74,6 % des patients ayant répondu préférer le français ont toujours reçu les services dans la langue de leur choix.