accueil / Communique de presse / Le besoin de renforcer la prévention se confirme - Portrait de santé de la population 2012

Le besoin de renforcer la prévention se confirme - Portrait de santé de la population 2012

le 26 Février 2013
Pour publication immédiate
 
Moncton, N.-B. (CSNB) - Le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick (CSNB) publie son plus récent Portrait de la santé de la population. Le but de ce Portrait est d’informer les citoyens, les communautés et les organismes sur l’état de la santé des collectivités dans lesquelles ils évoluent. Les informations se retrouvent sur une seule page et sont présentées dans un langage facile à lire et à comprendre.
 
Le portrait provincial et ceux de chacune des sept zones ont été mis à jour grâce aux renseignements les plus récents disponibles; pour chaque zone, quelques aspects des déterminants de la santé sur lesquels la population peut avoir une influence positive sont mis en relief. Chaque indicateur de notre Portrait tombe dans l’une ou l’autre de deux catégories : l’état de santé, ou les déterminants de la santé (regroupés selon les soins de santé, les comportements en santé, les facteurs socioéconomiques et l’environnement physique).
 
Comme l’an dernier, le portrait présente le profil démographique ainsi que les taux de prévalence de maladies chroniques et les dix raisons d’admission à l’hôpital les plus fréquentes dans chaque zone. Les Portraits donnent également les coordonnées des réseaux de mieux-être et des réseaux d’inclusion sociale de chaque zone.  Le Portait comprend aussi une section intitulée « Dans la mire » qui explique le concept de mortalité évitable, défini comme étant un décès « qui ne devraient pas se produire avec la prestation de soins de santé opportuns et efficaces ou la mise en place de pratiques, de programmes et de politiques de santé publique appropriés ». *  La mortalité chez les personnes âgées de 75 ans et moins est jugée prématurée, et le Nouveau-Brunswick se classe en septième position sur dix à ce chapitre.
 
Ce concept comprend les décès de causes traitables et ceux de causes pouvant être prévenues; les causes traitables réfèrent aux décès qui auraient pu être évités grâce à un traitement adéquat de la maladie afin de réduire la fatalité de cette maladie, tandis que les décès de causes pouvant être prévenues signifient que le décès aurait pu être évité si on avait prévenu le développement de la maladie tout court, comme pour les blessures ou les maladies pulmonaires.
 
Au Nouveau-Brunswick, ça va bien lorsqu’on parle de mortalité traitable, c'est-à-dire qu’on se compare au reste du pays quand on parle de nos soins de santé. Or, les décès de causes pouvant être prévenues au Nouveau-Brunswick dépassent la moyenne nationale, ce qui veut dire qu’on pourrait faire mieux pour prévenir les maladies chroniques chez nos citoyens. La seule exception à cette tendance est la zone 6, soit Bathurst et la Péninsule acadienne, qui démontre une moyenne plus basse que le reste du Canada tant pour les décès de causes traitables et de causes pouvant être prévenues, ce qui soulève des questions plus qu’intéressantes.
   
En général, le Portrait de cette année démontre qu’il y a des améliorations dans la province quant à l’accès aux médecins réguliers, à cause d’un nombre plus élevé de médecins. On constate aussi une amélioration quant aux tests de dépistage et de prévention. L’obésité, le tabagisme et le stress s’améliorent aussi, même si le taux d’obésité est toujours parmi les pires au Canada. 
Les facteurs de soins de santé font preuve d’amélioration en ce qui a trait à une meilleure accessibilité et davantage d’interventions en matière de soins, mais il est encore trop tôt pour savoir si ces facteurs contribuent aux résultats légèrement meilleurs observés dans la santé de la population.
 
Les conditions liées aux maladies cardiaques continuent d’avoir des répercussions importantes sur les admissions à l’hôpital (4 des 10 principales raisons d’admission), probablement en raison des taux élevés de prévalence de haute tension artérielle (25,7 %) et de maladies cardiaques (8,3 %) au Nouveau